Kampong Cham- un peu plus loin au nord du Cambodge

Aujourd’hui une belle randonnée en moto dans la région de Kampong Cham. Une capitale provinciale dès plus charmantes. Et comme capitale, nous sommes loin des capitales que nous connaissons. Il y a un petit centre ville, avec quelques hôtel et des restaurant moderne. Mais dès que l’on fait 5 km, on se retrouve dans la campagne

Ici je découvre le Cambodge rural, celui des vrais Cambodgiens. Vous verrez dans les photos que l’on sort un peu plus loin de sentiers battus. Ce qui me prépare doucement vers le Nord et le Myanmar. 

Une très belle journée qui me dit qu’effectivement ce pays, complètement détruit après la guerre du Vietnam qui a rasé le pays (car officiellement les américains ne sont pas venu ici mais ils ont distribué ici presque autant de Napalm qu’au Vietnam pour débusquer les Vietkong) , le régime de Pol Pot ( qui a tué littéralement l’élite et toute les institutions reliées à celle ci) et finalement la guerre civile. ( la guerre civile a finie en 1997). À cette époque il n’y restait plus rien. Aucune institution, aucune école, plus d’hôpitaux… rien. Et le Cambodge que nous voyons ici c’est reconstruit de ces cendres lors des 20 dernières années. Et plus particulièrement depuis 2005. 

Maintenant, on commence à voir, ici en province, une croissance. Oui il reste des pauvres, mais en province on construit de plus en plus de maison en brique, mais toujours la façon Kmer soit sur pilotis. Une nouvelle classe moyenne commence à voir le jour avec des maisons plus modernes (pour le Cambodge) et une nouvelle richesse. Et quand on commence à avoir un peu d’argent, on commence par se construire une belle maison. 

Aussi cela me fait bien plaisir de retrouver le Mékong ici. Très large, il me fait penser à notre cher Fleuve Saint Laurent ici. La vie est plus facile et le long Mékong qui prend sa source plus haut dans l’Hymalaya coule doucement en cette saison sèche. 

Car j’ai oublié de dire, c’est la saison sèche et il fait chaud. J’ai compris ce que signifie avoir chaud. Car pour la première fois j’ai eu une vraie brûlure de soleil sur le haut du bras droit. Pas un coup de soleil, une brûlure au second degré. J’ai eu cela il y a quelques jours et c’est pour cela que maintenant je mets mon manteau à 35 degrés en moto. Pas pour le froid mais pour me protéger du soleil. Je comprends maintenant les Cambodgiens qui s’habillent de la tête au pied lorsqu’ils roulent. Le soleil ça peut brûler. 

Mais ne vous inquiétez pas, j’ai traité le tout et j’ai un beau pansement mis par le docteur avec de la crème. Tout va bien. Mais maintenant fini les gars fort au soleil sans crème. Ça brûle Le soleil sèche de la saison sèche 😉

Revenons à la construction. Le Cambodge reconstruit ses temples bouddhistes et ses mosquées car ici ces deux groupes sont très actifs dans la reconstruction de pays. Ces deux religions offrent une éducation très potable et presque gratuite, et des services hospitaliers bien fait. Comme au Québec dans les années 50. 

Il reste aussi que cela commence a être un choc culturel au niveau de la nourriture pour moi. Je commence à voir des insectes à manger et pas les plus petits. Je suis ouvert d’esprit mais pour le moment, j’ai atteint une limite 😉

Ici très peu de personnes parlent anglais et les enfants qui eux apprennent à l’école font la traduction sommaire. Ici, le language des mains est très présent car la plupart des adultes que je vois ne savent pas lire non plus. Héritage des troubles passé. Sans compter que j’ai vu au maximum 10 occidentaux en deux jours. Ce qui est rare à date. 

Donc un peu plus loin dans l’inconnu. 

Dernier point, le Cambodge apporte l’introspection. Donc je risque de ne pas vous donner mon compte rendu quotidien. Ne vous inquiètez pas, tout va vraiment bien. Je suis super heureux. Si vous voulez me suivre vous pourrez le faire via Polarstep. 

Demain Katrie, un peu plus dans les terres du nord. 

Voici les photos du jour

L’exercice du matin à Kampong Cham
Il y a des efforts pour sensibiliser la population aux déchets. On n’y est pas encore, mais ça viendra
La vue sur le Mekong
Un des très nombreux Dat
Un village flottant. On raconte que ces villageois sont des Vietnamiens sans statut. En habitant sur l’eau, ils peuvent ainsi rester au Cambodge sans statut
Une manifestation de mariage. Il y en a beaucoup ici. J’en ai dénombré plus de 20 hier
Les maisons kmer sur pilotis. Idéal pour les zone inonnables, ou l’eau peut monter de plusieurs mètres lors de la saison des pluies
Des champs de Lotus. Ici, on fait tout avec le lotus, les fleurs pour les fêtes, le coeur pour la nourriture, les grains pour une belle farine rosée, et les tiges pour nourrir les animaux qui en raffolent
D’autres champs
Un bateau de pêcheurs sur le Mekong
La piste le long du fleuve
Bateau sur le Mekong
Une route de village
Un des nombreux temples qui se construisent a une vitesse folle
Une école sur le terrain d’un congrégation bouddhique
Un nouveau temple tout neuf
Une belle maison neuve qui se construit
Une maison de village typique dans cette region
Encore un temple
Un pont de bois, toujours solide…
Les champs de lotus. Ici, le lotus sert à tous, les fleurs pour offrir, le bases pour la nourriture, les grains que l’on fait sécher et moulu pour une belle farine rose…
Ici les enfants viennent spontanément voir étranger afin que nous dire les quelques mots d’anglais qu’ils connaissent. Et ça me fait craquer
Ici en pleine foret, un des Dat,presque aussi gros que le Sacré Coeur de Paris
ici le territoire de ce temple est aussi habité par une communauté de singes. Ils sont entre 300 et 1000 qui vivent avec une certaine harmonie avec les humains. On se demande vraiment qui est le maitre de qui dans cette relation 🙂
« ouais ouais, je connais cette face… Et ce miroir aussi »
« Mais pourquoi je ne l’amènerait pas avec moi »
« Moi je m’occupe de mes puces »
Voici l’une des montées pour le Dat
Le voilà. comme je n’ai pas drone, pas facile de vous donner une vision d’ensemble. Mais c’est magnifique
Le Naga, le cobra aquatique , protecteur du temple avec ces 7 têtes
Il est difficile de vous montrer les proportions. Mais disons que les bouddhas assis sont deux fois ma hauteur.
Ici les statues dans les escaliers sont de grandeur réelle
Ganesh, protecteur du royaume à tête d’éléphant
Le petit bonhomme. Tellement fier car je venait de lui montrer à monter le pouce
Quelques grimaces de Papi
Maintenant c’est le temps de manger avant la fête du soir. Vous voyez le cuisinier devant, près de la rue. C’est çà la nourriture de rue au Cambodge
Comme toute fête foraine, il y a des manèges et des jeux d’adresse
Des jeux gonflables
Et voila la fête. J’adore ce monde de contrastes
Lolo et Philippe un couple de provençal que j’ai rencontré là bas

Please follow and like us: